GRAPHITE, formation d’enseignants

Formations  théoriques et techniques des enseignants

Les fondements de la démarche de projet GRAPHITE reposent sur un volet de formation continue des enseignants du secondaire (professeurs d’histoire géographie) dans un cadre universitaire. Cette proposition se veut complémentaire des plans académiques de formation d’enseignants (PAF) organisés par le Ministère de l’Education nationale, qui insistent sur les aspects pédagogiques et didactiques.  La pédagogie ou la didactique se nourrissent ici d’un retour à des cadres théoriques de sciences humaines et sociales, d’une appréhension critique et contextualisée des référentiels du développement durable, d’une actualisation des savoirs des enseignants en aménagement et urbanisme  (qui sous-tendent certains programmes scolaires de lycée), d’une formalisation méthodologique.

A chaque rentrée pendant  5 ans, les enseignants de lycées  et  collèges impliqués dans le projet GRAPHITE ont suivi une formation annuelle, organisée par les chercheurs  d’Aix Marseille Université et l’inspection académique. Elles se sont tenues alternativement dans les locaux du LPED et de la Région, et, pour le volet PAF (plan académiques de formation) dans certains établissements.

Au programme: 

ateliers disciplinaires de type universitaire : Ils sont basés sur des cadrages théoriques en géographie urbaine, prospective, aménagement, sciences de l’éducation,  avec une ouverture, au delà de la seule géographie, à des approches de sciences sociales  sur l’espace vécu, le droit à la ville, les approches participatives. L’enjeu est de définir et mettre en question  le sens de la démarche de la géographie prospective, des réflexions sur l’habiter et sur les mutations territoriales qui figurent dans les programmes scolaires. Cette connexion entre recherche universitaire et pratique de la géographie scolaire a  mobilisé plusieurs enseignants chercheurs d’Aix Marseille Université qui ont produit des supports de cours adaptés (E.Dorier, V.Baby Collin, J. Dario, F.Valegeas).

ateliers méthodologiques et numériques (webmapping, traitements basiques des données  de cartographie des élèves et réalisation de graphiques, conception de poster), formation à la préparation et l’animation des débats de groupes (débriefings), élaboration d’un mini diagnostic territorial ( C.Goupil, D.Rouquier, J. Dario).

méthodes pédagogiques et didactiques : en lien avec les universitaires, elles ont a mobilisé les inspecteurs généraux (C.Biaggi, L.Carroué) et académiques (I.Méjean, J-M Noailles et C.Borel) ainsi que des formateurs du rectorat (Jéromine Nicolai). Un noyau d’enseignants participants très actifs dans le projet a participé aux échanges de réflexions et de supports.

formations des enseignants au SRADDET  (schéma régional d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires) : animées par des techniciens de la région, ces formations organisées à l’Université et à la Région ont permis aux enseignants de se familiariser avec le référentiel régional en matière de développement durable, ainsi qu’avec l’outil GEOCLIP Connaissance des territoires régionaux qui leur permet de réaliser des cartes à partir de données INSEE régionales. Plusieurs enseignants ont ensuite mobilisé leurs classes  (Digne, Toulon et Marseille) pour déposer des contributions collectives lors de l’enquête publique du SRADDET.

réflexion en Sciences de l’éducation sur l’éducation au développement durable, mise en place par Angela Barthes (PR, AMU, laboratoire ADEF).

Le projet GRAPHITE a nourri le plan académique annuel de formation (PAF) concernant la géographie prospective : en plus des enseignants impliqués dans le projet, des formations ont été proposées à un panel d’environ 50 enseignants de la région chaque année.